jeudi 3 janvier 2013

Jacqueline Moudeina; quand Hissène Habré sera-t-il extradé et jugé?



Jacqueline Moudeina: Justice as a Prerequisite for Reconciliation



The rights of human beings continue to be violated because the perpetrators of the most atrocious acts enjoy total impunity. The fight against impunity which I lead and which I will win by the Grace of God, is the result of my decision to take the side of those who suffer and whose cries continue to be ignored by the decision makers.


 C’était exactement le 3 février 2000. Nous avions engagé des actions pour obtenir l’inculpation de celui qui a fait disparaître plus de 40.000 personnes. Mais nous avons le regret de constater que Hissène Habré n’est toujours pas jugé pour ses crimes, alors que les victimes continuent à mourir. L’inculpation d'Hissène Habré et ses complices est une condition pour lutter contre l’impunité et parvenir à une véritable réconciliation au Tchad" Me Jacqueline Moudeina.


Une société française accusée de complicité d'actes de torture en Lybie

L’affaire Amesys mise au jour, fin août 2011 par le Wall Street Journal met en cause la société qui avait équipé fin 2009 le centre de surveillance de Tripoli avec un système d'analyse du trafic internet qui permettait de contrôler les messages échangés par les Libyens, de les filtrer, censurer (et d'arrêter les dissidents avec la suite que l'on connaît!)


La société d’ingénierie française spécialisée dans les systèmes sécuritaires rachetée par Bull en janvier 2010 était en contrat depuis 2007 avec le régime libyen de Kaddafi pour la mise à disposition de technologie à des fins d’interception des communications, de traitement et d’analyses de "données". Celle-ci permettait à Kaddafi et son régime de placer sous surveillance toute la population libyenne notamment les opposants, de les arrêter et les mettre en prison où ils étaient torturés. Amesys avait reconnu avoir effectivement fourni à la Libye du matériel d’analyse portant sur des connexions internet mais avait précisé que l’accord avait été signé dans un contexte de "rapprochement diplomatique" avec le régime Kaddafi (!)

Note : cela prend tout son sens après les révélations de Taikedine, un des porteurs de valises de l'affaire Karachi, qui assure que Kaddafi aurait financé en partie la compagne électorale de Sarkozy et qu'il en détient les preuves !
 
Lien avec l'article de "Jeune Afrique"

mercredi 2 janvier 2013

Quelques données de base: un génocide pétrolier par ethnies interposées

Les "Fours" au mauvais endroit au mauvais moment



La guerre civile au Darfour (pays des fours) est un conflit armé touchant depuis 1984 la région de l'ouest du Soudan, aggravé depuis 2003. Ses origines sont les frontières artificielles tirées à la règle avec des ethnies aux répartitions imbriquées, (certaines sont à la fois au Tchad et au Soudan), les Massalits et les Zaghawas opposés aux Arabes pro-gouvermentaux, et les arabes au pouvoir.. conflit accru par la situation économique (découverte de pétrole au Sud et à l’ouest qui intéresse la Chine) et climatique (la sécheresse dans tout le Sahel a généré la désertification commencée depuis 70), l’explosion démographique (la population a doublé en 20 ans) et la vastitude du pays dirigé par Omar el-Béchir, où des régions entières (dont le Darfour) sont délaissées (très faible niveau de développement, analphabétisme). 
Pendant l'hiver 2002-2003, des attaques ont lieu contre le pouvoir central. En représailles, Khartoum laisse agir, arme et finance (avec la Chine) les milices arabes Janjawids dirigés par Choukratalla, un ancien officier de l'armée soudanaise et l’armée bombarde les villages. Selon Khartoum, le conflit aurait fait 10 000 morts. En fait, il s'agit d’un génocide (300 000 victimes et 2,7 millions de déplacés dont 230 000 réfugiés au Tchad.) La Commission d’enquête de l’ONU parle elle de crime contre l’humanité. La justice soudanaise ne faisant rien pour y remédier ou punir les auteurs, l'ONU transmet le dossier à la Cour pénale internationale (CPI.) 

Les Arabes sont minoritaires au Soudan et l'islamisme n'est que l’ultime prétexte pour conserver leur domination ethnorégionale. Mais surtout il faut manipuler le tracé frontalier Nord-Sud qui place la plus grande part du pétrole au Sud, donc liquider les habitants qui y demeurent et se réserver de solides alliances internationales (la Chine, et l’Iran en cours de séduction) pour conserver la maîtrise du territoire en créant un cordon sanitaire ethnorégional : les Noubas (Kordofan) ont été écrasées militairement entre 1992 et 2002 mais le Darfour est plus menaçant. Les hiérarques arabes de Khartoum veulent éviter à tout prix une brèche par laquelle les Noirs de l’Ouest s’allieraient demain avec un Sud négro-africain indépendant… et pétrolier !

Following in english here (link)

About Darfour and Africa, a puppet game, infinite.

En français ici (lien)

A people in the bad place at the bad time



Puppets infinite, and at the top, money and oil AND WAR CRIMINALS impunished [about that, where is Hissène Habré, Mitterand's friend? (40 000 victims at least?) disappeared, pffff ! as a soap bubble. Strange, no?] Not entirely disappeared because his wife recently filed complain (at police!) for stealing jewelry and money from several million E !! about 22 !

 May be an explanation ? 


Another one ?

DIVIDE (OR EXACERBATE DIVISIONS) TO RULE
(colonizers motto) 

Legacy of colonization : artificial countries whose borders were drawn with a ruler (!) and different ethnic groups between the two parts, ruled by puppets of former colonizers (France, England) with their allies (Lybie*) ..puppets themselves of USA, China etc... attracted by the oil. A pyramide of puppets, the more powerful at the top! Victims : people as "four" for instance, about 300 000, mostly civilians, by fire (by Janjaweed islamic militia -araber- diligent and armed by Khartoum, massacring and deporting black peasants (forcing them to flee) and condemned them to die of hunger and thirst. "War crime" says ONU, nevertheless impunished. The Sudan does not want black African country (the south and west, a "country in the country") becoming rich (by the oil that is discovered here) and independent. (The religion of course is only a pretext.)
* For instance, we learn recently that Gaddafi (Lybie) would have partially financed... electoral campaign of Sarkozy (France) ! according to Taikedine (a "suitcase carrier" implicated in the drama of Karachi !!) Great !! world is little !!

Link in french

mardi 1 janvier 2013

Contexte, le Tchad, des milliers de morts africains civils [par la France, les US, la Lybie interposés]

 Des frontières tracées à la règle!




Un jeu de marionnette gigogne



Tchad : Tombalbaye, (protestant, ex instituteur) devenu dictateur (Parti progressiste tchadien, PPT) proche de la gauche de la 4ième république (de Gaulle, Pompidou..) est renversé par les Forces armées populaires (FAP) de Goukouni Oueddei [cad la Lybie de Khadafi] uni provisoirement avec son rival Hissène Habré des FAN (forces armées du Nord) soutenu décisivement par la France, les US et aussi [par le biais de Idriss Dévy] par le Soudan …

Tombalbaye donc est assassiné. Exit.
Ouddei [la Lybie, même nom que feu le fils génicideur, je laisse la coquille! de Kadhafi mais ça doit être un hasard] prend le pouvoir puis est reversé par..

Hissène Habré [la France, les US et le Soudan] qui gouvernent 8 ans, une sanglante dictature qui entraîne au moins 40 000 morts civils.

Mais Ouddei [la Lybie] animant l’opposition  (GUNT) contre Habré [le France] veut fusionner son pays avec la Lybie ; la France lance alors l’opération épervier [contre le GUNT et Khadafi] qui conduit Ouddeil à l’exil.

Habré, (le Frolinat) est ensuite renversé avec l’appui de la France qui apparemment a changé d’épaule ses mitraillettes par..

Idriss Déby, musulman, ancien allié de Habré contre Tombalbaye [Déby relié familialement au chef des milices janjawid (lien) qui affament et massacrent le peuple au Darfour] qui "gouverne" actuellement.

Note : Habré, président de 82 à 90, inculpé de crimes de guerres, contre l’humanité, est condamné à mort par contumace par le tribunal de D’Jamena (découvertes de fosses contenant des centaines de squelettes exécutés par sa police de sinistre augure, la DDS..) mais il court toujours. Ne me demandez pas pourquoi.  

Déby est donc le nouvel homme de paille de la France [bilan estimé de son régime, 25000 morts, mieux que Habré] qui ne doit son pouvoir qu’à l’armée française (notamment en 2008) ; il subit l’assaut de rebelles du Front uni pour le changement (FUC) et de multiples forces insurgées de tout bords et échappe de justesse à un renversement grâce à la France. Il est actuellement en poste avec quelques seconds couteaux 1er ministres ou autres (Mahmat Salef Annafi un « guide » qui résolut la cruciale disparition ou rapatriement de milliers de tchadiens depuis la Lybie de Khadafi en minorant le nombre des victimes, le Dr Félix Moungar-Boulanger etc..)   


jeudi 14 décembre 2006

Le Darfour, urgence humanitaire

Suite de (lien) avec carte géographiques et images  


               "OMAR M'A TUER"

     Un génocide annoncé.
Dans la quasi indifférence...



Au Darfour (lien avec "Sauvez le Darfour") une des pires catastrophes humanitaires du XXI ème siècle se prépare et a déjà largement commencé. La cause? Le pétrole, ainsi que le réchauffement climatique, qui entraine rivalités, guerres tribales, famines et migrations. Le Sud du Soudan, habité par des paysans noirs de plusieurs tribus chétiennes, musulmanes et animistes est/était pourtant le grenier à blé des arabes... mais il possède aussi pour son malheur des richesses souterraines importantes dont DU PETROLE.

C'est tout et vous avez compris... Les compagnies pétrolières du Golfe qui lorgnent sur l'or noir... la rivalité Nord Sud, (le Nord étant plus arabisé)... le pouvoir de Khartoun, Omar el Bachir à la solde du plus offrant... les terres qu'il convient de vider de leurs habitants — famines
intentionnellement provoquées, le bétail étant tué et laissé sur place et les champs dévastés — ... avant d'en modifier un tantinet le paysage pour forer et les exploiter, l'affaire est banale. Nul besoin ici de spécialités culinaires raffinées tel le sushi-au-polonium-sauce-poutine. C'est du primaire.

Les milices arabes Janjawid ("les cavaliers du diable") armées par le gouvernement d'Omar El Bachir, (cela coûte moins cher qu'une armée régulière car ils se payent directement sur l'habitant) volent, massacrent, violent les paysan/nes du Darfour qui s'enfuient, meurent d'épuisement dans le bush (non, ce n'est pas un jeu de mot), ou, s'ils ont survécu, s'entassent dans des camps (100 000 personnes dans certains d'entre eux), des camps où la misère, (manque de bois, d'eau, de denrées alimentaires), les maladies et les attentats (viols, meurtres) les déciment tous les jours. Ravensbrück au centre de l'Afrique et de nos jours.

400 000 morts
depuis le début du conflit,


110 000 réfugiés,
700 000 déplacés,


essentiellement des femmes
et des enfants...
Et pire à venir: telle est la situation du Sud du Soudan. Un génocide contemporain.

Et l'ONU ?
Mais qu'est-ce qu'il fait GW Bush dis donc ?



...........................................................................................................................

1 commentaires:

Marie, de l'ADA (autour des auteurs) …
Ca fait longtemps que j'en parle aussi et que je ne comprends pas pourquoi on ne réagit pas davantage. Bravo à toi pour cette initiative. Marie
.......................................................................................................

A 100 000 morts près !

Au téléphone Mahore Chich de "Sauver le Darfour" (voir le site, remarquable quoiqu'un peu savant) me dit qu'on a du mal à s'identifier et même à repérer sur la carte le pays (je vais en faire une), la géopolitique etc... D'autre part, comme il s'agit d'un génocide "interne" comme au Rwanda, il est plus difficile d'agir, de réagir. Auprès de qui ? etc... Le Darfour en somme se vend mal. A nous de trouver des idées. (Certains parfois comprennent "Carrefour" au lieu de Darfour!)... et

... selon les sources, le nombre de morts déjà chiffrés varie de 300 000 à 400 000 ! (+ - 100 000, en somme)...

Comme en la matière il vaut mieux un faux a minima qu'un faux a maxima, j'ai ici pris le chiffre le plus pessimiste, me refusant d'approximer à 350 000, cela ne se fait pas...
..............................................................................................................
10 000 mort/es sont attendus au Darfour par mois.
Soient 130 000 par an.
Un détail, comme dirait Jean Marie : ces morts sont pour la plupart des mortes. C'est d'ailleurs un des critères de ce crime particulier qu'est le génocide: on assassine en premier l'élément reproducteur de la race ou l'ethnie que l'on veut éradiquer, les femmes jeunes et les enfants. Comme des éleveurs, mais à rebours : pour la reproduction (ou l'extinction) d'une race, les femelles, essentielles... (la durée de gestation et les limites de leur fécondité imposant un temps de productivité assez long) seront, soit protégées, soit éliminées en premier. Leur valeur est proportionnelle à ce temps, très variable selon l'espèce, déterminant ses chances de survie ou son risque d'extinction (par exemple les éléphantes, les pandas, qui portent très rarement et très longtemps, coûtent très cher... et les chèvres, presque rien). Les femmes sont entre les deux.
Une autre manière particulière (récente) de génocider, ici appliquée en masse est le viol, qui éradiquera l'ethnie à éliminer. Soit productif (les Janjawi, contrairement aux nazis, peu au fait de la génétique, ignorent ou ne tiennent pas compte qu'un embryon est issu de ses deux parents) soit improductif, mais qui de toutes manières risque d'entraîner le rejet (donc la mort) de la victime, par sa propre ethnie. Coup double voire triple, l'utile et l'agréable, en somme.
C'est aussi là dessus qu'il faut se battre et que les femmes se battent efficacement. Faire comprendre à l'entourage (au cas où demeurent quelques membres de la famille ou de la tribu) qu'une femme violée est une victime et non une coupable souillée à rejeter (voire à tuer). L'avantage, si l'on peut dire, dans les camps, est que les viols y sont si fréquents que cette notion est de plus en plus admise.
.......................................................................................................

Il est encore temps d’agir
pour sauver les populations du Darfour


Par Michaël Chetrit et Mahor Chiche *



Depuis 2003, le conflit au Darfour a fait près de 300.000 morts, ainsi que 3 millions de réfugiés et déplacés. Il est aujourd'hui à la source de la déstabilisation de la Corne de l'Afrique (Tchad, République Centrafricaine…) La guerre entre l'Ethiopie et la Somalie montre les risques majeurs pour les populations civiles de cette région.
Après huit années à la tête des Nation Unies et à la veille de son départ, Kofi Annan a eu ces mots durs en évoquant le Darfour : « Soixante ans après la libération des camps de la mort nazis, trente ans après le Cambodge, la promesse du " jamais plus" sonne creux », avant de préciser, en visant le régime de Khartoum : « Ils pourront avoir à répondre collectivement et individuellement pour ce qui est en train de se passer au Darfour. »
La régularité calculée des sévices commis par les milices Janjawids, issues des tribus musulmanes « arabes » , alliées du régime islamiste de Khartoum, à l'encontre des tribus musulmanes « africaines » contestataires de l'ouest du Soudan, a déjà provoqué une épuration ethnique qui a causé plus de 300 000 morts et 3 millions de déplacés.

L'ONU a déjà voté six résolutions et qualifié les actes du régime soudanais de «crimes de guerre et de crimes contre l'humanité». Cependant, les efforts des Nations unies pour obtenir l'accord de Khartoum pour le déploiement de 17 000 Casques bleus en remplacement des 7 000 soldats de l'Union africaine demeurent vains. La situation est bloquée, et l'ONU ne pourra intervenir, car la Russie et surtout la Chine, partenaires économiques privilégiés du Soudan, sont opposées à toute intervention militaire de l'ONU.


Pour sortir la région de la crise, il faut comprendre la véritable nature du régime soudanais. Depuis dix-sept ans, la junte de Khartoum, issue d'un coup d'État en 1989 alors qu'elle ne recueillait que 10 % des voix aux élections sous la bannière des Frères musulmans, a attisé toutes les divisions, religieuses puis ethniques, pour écarter tour à tour les revendications des populations des régions périphériques délaissées du Soudan, qui réclamaient leur part des richesses du pays, et en particulier des dividendes de la manne pétrolière.


Dès son accession au pouvoir, la dictature en poste à Khartoum a d'abord brandi le Djihad pour intensifier la guerre contre le Sud Soudan, animiste et chrétien, qui s'était révolté en 1983 suite à l'introduction de la charia et la suppression d'un statut d'autonomie obtenu par les armes en 1972 ; en jeu, les importants gisements de pétrole qui venaient d'être découverts dans le Sud. Cette première guerre causera près de 2 millions de morts en vingt ans.


Un accord de Paix – factice – sera finalement signé en janvier 2005 avec le Sud-Soudan, censé organiser un partage des richesses et du pouvoir, et en 2010 un référendum sur l'autodétermination.


Mais en 2003, les populations du Darfour qui avaient elles-mêmes été largement réquisitionnées dans la guerre contre le Sud, pressentant l'accord avantageux que Khartoum s'apprêtait à conclure sous la pression de la communauté internationale avec le Sud-Soudan, s'insurgèrent. Khartoum arma alors les nomades arabisés contre les cultivateurs noirs, en exploitant non seulement les dissensions pour le contrôle des terres – apparues entre nomades et cultivateurs suite aux terribles sécheresses des années 70 et 80 –, mais également le racisme antinoir.


Le dénigrement dont sont victimes les ethnies africaines de la part des tribus arabisées est à replacer dans le contexte historique de la traite des Noirs transsaharienne menée par les Arabes depuis le Xème siècle. Cette traite a réduit au moins huit millions d'Africains en esclavage.


Surtout, ces clivages ethniques ont été dangereusement exacerbés par le régime libyen à partir du milieu des années 70, avec l'objectif de prendre le contrôle du Tchad et du Soudan. La Libye avait en effet choisi le Darfour comme base arrière de sa Légion islamique, milice issue des tribus nomades soudanaises et tchadiennes, en poursuivant un projet de « Grand Sahel Panarabe ». À partir de 1985, en échange du financement de la guerre contre le Sud-Soudan, Khartoum laissa même la Libye s'installer au Darfour pour lui permettre d'attaquer le Tchad.


Pour arrêter l'épuration ethnique au Darfour, il n'y a plus d'autre voie que d'écarter le régime islamiste soudanais du pouvoir. Pour cela, il n'est ni envisageable de recourir à l'ONU, immobilisée par un double veto, ni pensable de continuer de se reposer sur la seule Union africaine, cantonnée au mieux à un rôle d'observateur. L'Union africaine, qui n'a jamais osé froisser Khartoum, ni condamner les massacres, est sous l'étroite dépendance des pays africains de la Ligue arabe.


Pourtant, la convention internationale sur la prévention des crimes de génocide de 1948 engage nos démocraties à empêcher tout État d'infliger « délibérément à un groupe des conditions de vie calculées pour amener sa destruction en totalité ou en partie ».


Aujourd'hui, le régime de Khartoum est honni de la très grande majorité de sa population, qu'il s'agisse des Africains ou des Arabes eux- mêmes. L'étroite classe dirigeante rebute à tel point qu'en juillet 2005, l'arrivée du leader sudiste John Garang au poste de vice premier ministre en application des accords de paix avec le Sud, avait été acclamée dans les rues de Khartoum. John Garang, mort dans un accident d'hélicoptère dans le mois qui a suivi son installation, luttait pour un nouveau Soudan, laïc, démocratique, et égalitaire.


Il est temps de mettre fin à la dictature meurtrière de Khartoum. Il n'est possible de compter ni sur l'ONU, ni sur l'Union africaine. Seule une coalition énergique de nos démocraties permettra de libérer les populations du Soudan.



*Mahor CHICHE
Président de Sauver Le Darfour, SLD
06 16 01 73 40
contact@sauverledarfour.org
www.sauverledarfour.org

....................................................................................................................




free counters

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Editrice et auteur (HBL, "Paroles de femmes" et "L'actualité en blog" ou "Feu rouge clignotant") Site: http://larrive.blogspot.fr